Facteurs influençant la qualité et l’efficacité des PRP

L’injection de concentrés plaquettaires autologues (PRP) est un traitement alternatif, naturel et innovant. Le principe de ce traitement est simple : il consiste à amener des facteurs de croissance dans des zones très peu vascularisées que sont les tendons, les ligaments, les muscles et les cartilages lésés afin de stimuler leur réparation. Les principales indications sont les tendinopathies , l’ arthrose, les lésions cartilagineuses, les lésions méniscales…

Facteurs influençant la qualité et l’efficacité des PRP (Plasma Riche en Plaquettes)

Il existe de nombreux kits de préparation de PRP sur le marché avec par conséquent des qualités de concentrés plaquettaires très variables, certains kits aux tarifs attractifs ne concentrant pas ou trop peu les plaquettes.

Bien qu’il n’existe actuellement aucun consensus international, une concentration de 2,5 fois la concentration sanguine ainsi que l’absence de globules rouges et de globules blancs semblent requises afin d’avoir un effet optimal. Le volume de PRP injecté est également de grande importance car le nombre total de plaquettes injectées conditionnera l’efficacité du traitement.

Le volume de sang autologue prélevé, les anticoagulants utilisés, la vitesse et le temps de centrifugation, la méthode d’administration, l’agent activant, le volume final de PRP, la concentration finale en plaquettes et facteurs de croissance ainsi que la présence de leucocytes et de globules rouges sont autant de paramètres qui varient parmi ces systèmes.

prp

Utilisation des Anticoagulants

L’anticoagulant utilisé doit préserver l’intégrité plaquettaire et maintenir la viabilité des plaquettes.

Les vitesses et les caractéristiques de la centrifugation

Les vitesses et les caractéristiques de la centrifugation (nombre de tours par minute, accélération, durée, …) influencent l’intégrité des plaquettes et par conséquent l’efficacité du PRP, le choix de la centrifugeuse est donc fondamental.

Les concentrations plaquettaires obtenues et la présence de leucocytes (globules blancs) et d’érythrocytes (globules rouges) dans le PRP

  • Dosage optimal de plaquettes dans le PRP :

    La concentration plaquettaire idéale ne doit être ni trop basse (inefficacité du PRP), ni trop élevée (effet inhibiteur paradoxal), une concentration de 2,5 x supérieure à la concentration du sang périphérique est idéale.

  • Les globules blancs doivent dans la majorité des cas être éliminés (à l’exception de quelques rares indications particulières) car ils sont néfastes à la cicatrisation (libération de facteurs pro-inflammatoires responsables de la dégradation de la matrice extracellulaire).

  • Les globules rouges ont également un effet délétère sur la réparation tissulaire, le PRP utilisé ne doit pas en contenir.

Il existe actuellement de nombreux kits qui ne concentrent pas suffisamment les plaquettes, et /ou qui ne permettent pas d’éliminer ni les globules blancs ni les globules rouges : leurs résultats ne peuvent pas être comparés à ceux des kits permettant d’isoler des PRP purs à bonne concentration de plaquettes.

Le volume de PRP

Le volume de PRP injecté influence le nombre de plaquettes délivrées et doit être adapté en fonction des différents sites injectés.

Les activateurs plaquettaires

Les activateurs plaquettaires favorisant la dégranulation des plaquettes et donc la libération des facteurs de croissance peuvent être ou ne pas être utilisés. Le chlorure de calcium est le principal produit utilisé, mais dans certaines indications son utilisation n’est pas indiquée.

prp-sous-echographie
Injection de PRP sous contrôle échographique

L’usage ou non d’anesthésiques locaux pour réaliser l’infiltration

L’utilisation d’un anesthésique local est déconseillée car ce produit pourrait compromettre le potentiel thérapeutique du PRP.

L’usage du guidage échographique

L’usage du guidage échographique lors de l’injection est indispensable dans la plupart des cas afin d’augmenter la précision du geste et donc son efficacité (injections tendineuses, musculaires, ligamentaires, et articulations difficiles).

L’usage des médicaments anti-inflammatoires

L’usage des médicaments anti-inflammatoires (AINS) n’est pas recommandé de j−10 à j+21 lors d’un traitement par PRP.

Lors d’un traitement par injections de concentrés plaquettaires, le choix du kit et la technique d’injection sont donc fondamentaux afin d’obtenir un résultat optimal.

A lire également :
Facteurs de croissance (PRP)
Fiche infos

Dr Jean-Marc PARISAUX

Médecin
Fiche infos
2018-12-13T16:58:02+00:0012 décembre 2018|