Le kyste synovial du poignet : qu’est-ce que c’est ?

Le kyste synovial du poignet est une tuméfaction bénigne d’apparition soit spontanée et progressive, soit suite à un traumatisme de manière rapide. Le kyste est une petite poche contenant du liquide synovial, comme un gel translucide, qui provient de l’articulation du poignet. Le kyste communique avec l’articulation du poignet.

Il existe un échange de liquide entre le kyste et l’articulation. En période douloureuse (stade inflammatoire), il y a une production accrue de liquide ce qui provoque un grossissement du kyste. Le kyste peut aussi régresser et diminuer en taille grâce à cette communication articulaire.

Le kyste est le plus souvent localisé au dos du poignet ou à la face avant du poignet.

kyste-synovial-poignetkyste-synovial-poignet
Kyste synovial sur face avant du poignet
Zoom sur l’illustration
kyste-synovial-poignet-dorsalkyste-synovial-poignet-dorsal
Kyste synovial au dos du poignet
Zoom sur l’illustration

Symptômes

La plupart du temps, le kyste n’est pas symptomatique. Dans les autres cas, il peut être douloureux à la palpation ou lors des mouvements du poignet. Il est parfois bien visible et peut devenir esthétiquement gênant ; parfois, il n’est visible que sur les examens d’imagerie.

Habituellement, une radiographie et une échographie (+/- IRM) sont réalisées pour faire le diagnostic.

Traitement

Lorsque le kyste n’est pas douloureux, il n’y a pas de traitement nécessaire. Les kystes peuvent régresser spontanément dans les 6 mois d’évolution.

Lorsqu’il est douloureux, le traitement médical est indiqué en premier lieu. Il s’agit d’une immobilisation du poignet par une orthèse pendant quelques jours à quelques semaines.

S’il est volumineux, une ponction, pour aspirer le liquide, est possible, suivie d’une infiltration de corticoïdes. La récidive du kyste est quasiment systématique.

Après échec du traitement médical, le traitement chirurgical peut être proposé en cas de gêne fonctionnelle ou douleurs. Deux types d’opérations sont possibles, sous anesthésie loco-régionale (uniquement le bras), en chirurgie ambulatoire :

  • La chirurgie « à ciel ouvert »

    Cette chirurgie consiste à retirer la totalité du kyste et sa base d’implantation par une cicatrice d’environ 3 centimètres.

    • Avantages : retrait de la totalité du kyste
    • Inconvénients : taille de la cicatrice, risque d’enraidissement du poignet augmenté
  • La chirurgie arthroscopique

    Cette chirurgie consiste à retirer la base d’implantation du kyste de l’intérieur de l’articulation, à l’aide d’une caméra et d’un petit couteau.

    • Avantages : taille de la cicatrice
    • Inconvénients : persistance de l’enveloppe extérieure du kyste

Suites post-opératoires

  • Soin de la cicatrice :

    Un pansement doit être gardé pour 10 jours (arthroscopie) à 15 jours (ciel ouvert) et changé 3 fois par semaine. Une fois les fils retirés, la cicatrice doit être massée avec une crème hydratante pour l’assouplir. La cicatrice doit être protégée du soleil (crème écran total) pendant 1 an.

  • Repos du poignet :

    Le repos du poignet permet une meilleure cicatrisation de la paroi de l’articulation évitant les récidives. Une orthèse du poignet doit être portée pendant 2 semaines. Le repos sportif est nécessaire pour 4 semaines minimum. La mobilisation douce du poignet est autorisée.

Risques du traitement chirurgical

  • Raideur du poignet  :

    fréquente et transitoire. Le risque de raideur est augmenté après une chirurgie à ciel ouvert. La rééducation par un kinésithérapeute est parfois prescrite.

  • Infection :

    il s’agit d’une complication commune à toutes les chirurgies. Les douleurs sont importantes et pulsatiles. Le poignet est très gonflé. La cicatrice est rouge avec parfois un écoulement de pus. Il faut recontacter en urgence le chirurgien.

  • Algodystrophie :

    rare mais préoccupante.  Son évolution est très lente et dure plusieurs mois ou années. La main est globalement gonflée et douloureuse. Les doigts et le poignet s’enraidissent. L’épaule peut aussi être touchée.

  • Récidive du kyste  :

    elle est de l’ordre de 10 à 15%. Le taux de récidive est le même pour les 2 types de traitement chirurgical.

  • Lésion d’éléments nobles  :

    tendons, artère, branche nerveuse.

Fiche infos

Dr Valérie MATTER-PARRAT

Chirurgien orthopédiste

main – poignet

Fiche infos

Illustrations originales : Dr Matter-Parrat
Infographies : L. Pinaud – IM2S
Tous droits réservés – reproduction et copie interdite