Le syndrome du canal carpien : qu’est-ce que c’est ?

Le syndrome du canal carpien est une atteinte du nerf médian. Il est comprimé lors de son passage dans le canal carpien qui est une zone située à la jonction poignet / paume de la main.

Le nerf médian est comprimé par l’épaississement d’un ligament (le ligament transverse) et/ou par une inflammation des tendons qui cheminent au contact du nerf (les tendons fléchisseurs des doigts, au nombre de 9). La grossesse ainsi que certaines pathologies comme le diabète et les troubles de la thyroïde peuvent favoriser l’apparition d’un syndrome du canal carpien. Les travaux manuels et gestes répétitifs peuvent aussi provoquer un syndrome du canal carpien.

D’autres causes, plus rares, peuvent provoquer une compression du nerf médian dans le canal carpien.

canal-carpien
canal-carpien

Symptômes

Classiquement, le patient ressent des fourmillements dans les doigts (sauf l’auriculaire) la nuit. Avec l’évolution de la pathologie, les fourmillements peuvent survenir à l’effort ou de manière permanente. La sensibilité au toucher va diminuer jusqu’à la perte complète de la sensibilité lorsque la compression est très sévère. Le patient peut aussi constater une maladresse et une perte de force liée à l’atteinte des muscles du pouce. Les douleurs de la main peuvent remonter jusque dans le coude, voire dans l’épaule.

Cette symptomatologie évoque fortement un syndrome du canal carpien. Toutefois, le nerf médian peut être comprimé au niveau d’autres localisations : à son origine au niveau des cervicales (névralgies cervico-brachiales) ou à l’avant-bras (syndrome du rond pronateur, arcade de Struthers).

Diagnostic

Le diagnostic de syndrome du canal carpien est établi grâce à l’interrogatoire du patient, son examen clinique et un examen complémentaire :  l’électromyogramme (EMG). L’EMG va permettre de confirmer le diagnostic mais aussi de préciser la gravité de la compression.

Traitement médical

Le traitement médical est indiqué en cas d’atteinte débutante à modérée à l’électromyogramme. Lorsque les fourmillements ne sont présents que la nuit, le port d’une orthèse nocturne permet de les améliorer voir de les faire régresser. L’infiltration locale de corticoïdes dans le canal carpien est possible lorsqu’il n’existe pas de contre-indications. L’infiltration a pour objectif de faire régresser l’inflammation des tendons fléchisseurs. Toutefois, cette infiltration ne peut être efficace que temporairement et l’inflammation peut persister ou récidiver.

Anatomie

La main est commandée par trois nerfs.

Un nerf peut être assimilé à un câble électrique qui permet de véhiculer un message entre le cerveau et le récepteur (peau, muscle, …) dans un sens mais aussi dans l’autre sens.

canal-carpien-anatomie
  1. Le nerf médian: il participe à la sensibilité de la peau des doigts : le pouce, l’index, le majeur et une partie de l’annulaire. Il participe aussi à la commande de certains muscles du pouce (cf. schéma).
  2. Le nerf ulnaire: il participe à la sensibilité de la peau des doigts : une partie de l’annulaire et l’auriculaire. Il participe aussi à la commande de plusieurs muscles de la main.
  3. Le nerf radial : il participe essentiellement à la sensibilité du dos de la main.

Traitement chirurgical

En cas d’échec du traitement médical ou d’atteinte sévère à l’électromyogramme, le traitement chirurgical est indiqué. Il consiste à ouvrir le canal carpien par une petite incision de moins de 2cm au niveau de la paume de la main. La libération du nerf médian est possible grâce à la section du ligament transverse et en retirant l’inflammation des tendons fléchisseurs. Cette intervention est réalisée sous anesthésie loco-régionale, de manière ambulatoire.

canal-carpien
canal-carpien

Suites post-opératoires habituelles

  • Les fourmillements disparaissent en général rapidement après l’opération.

  • Lorsqu’une perte de la sensibilité était diagnostiquée, celle-ci ne reviendra que très lentement (plusieurs mois) et parfois de manière incomplète lorsqu’une atteinte très sévère était décelée par l’électromyogramme.

  • La section nécessaire du ligament pour la libération du nerf a des conséquences transitoires : douleurs autour de la cicatrice et perte de force. La main va s’adapter progressivement à la nouvelle anatomie en plusieurs mois (2 à 6 mois).

Complications possibles

  • enraidissement des doigts : possible et transitoire. L’enraidissement des doigts est évité si la main est mobilisée. La main pourra être utilisée dès le lendemain de l’opération tout en veillant à ne pas mouiller ni salir le pansement. Les gestes de force ainsi que l’appui sur la paume de la main seront à éviter pendant environ 3 semaines.

  • infection : il s’agit d’une complication commune à toutes les chirurgies. Elle se déclare généralement dans les jours suivant l’opération. Les douleurs sont importantes et pulsatiles. La main est gonflée. La cicatrice est rouge avec parfois un écoulement de pus. Il faut recontacter le chirurgien en urgence.

  • algodystrophie : rare (2 à 5%) mais préoccupante.  Son évolution est très lente et dure plusieurs mois ou années. La main est globalement gonflée et douloureuse. Tous les doigts s’enraidissent. L’épaule peut aussi être touchée.

  • lésion du nerf médian : très rare. Il s’agit d’une plaie ou d’une section du nerf durant l’intervention. Elle nécessite une nouvelle intervention.

  • récidive du syndrome du canal carpien : très rare, souvent liée à la cicatrisation du ligament.

Fiche infos

Dr Valérie MATTER-PARRAT

Chirurgien orthopédiste
main - poignet
Fiche infos

Illustrations originales : Dr Matter-Parrat
Infographies : L. Pinaud – IM2S
Tous droits réservés – reproduction et copie interdite