Hallux Valgus

L’Hallux Valgus, communément appelé « Oignon » est une déformation potentiellement évolutive du gros orteil.

Il existe des formes instables d’hallux valgus par dysplasie de l’articulation, notamment en cas de déformation congénitale très rare (dès la naissance), ou juvénile plus fréquente (enfance, adolescence). La déformation peut également être acquise au cours de la vie adulte, principalement chez les femmes, et principalement pour des raisons dégénératives et de chaussage inadapté à la morphologie de l’avant pied.

En effet, l’avant pied serré dans des chaussures étroites, comme les escarpins, a une capacité d’adaptation à la déformation jusqu’à un point de non-retour qui correspond à l’atrophie musculaire des muscles intrinsèques du pied. A ce moment-là, le pied est moins tonique, dé musclé, et la déformation commence et peut évoluer. Cette déformation peut stagner à différents stades ou s’amplifier progressivement. A l’heure actuelle, il n’y pas de moyen simple comme les orthèses, pour faire marche arrière et corriger de façon durable l’hallux valgus, mais un soulagement temporaire peut être obtenu.

Pourquoi la douleur ?

L’hallux valgus survient en général sur des avant pieds larges qui vont être serrés dans des chaussures dites esthétiques pour les femmes, mais également dans des chaussures plates plus classiques.

Au niveau de la déformation, il existe une saillie de la tête du premier métatarsien sur laquelle les tissus doivent continuer à glisser lors de la marche. Pour se faire, il existe une bourse de glissement. L’épaississement des tissus à ce niveau entraine un épaississement de la bourse avec apparition de liquide inflammatoire, formant la « bursite », cette cocarde rouge sur le bord médial du pied. A ce niveau il y a le nerf collatéral sensitif dorsal médial qui peut être pris dans la bursite ou comprimé par la chaussure et donner des douleurs à type de brulures sur le dos du gros orteil.

Il faut différencier cette douleur de la douleur articulaire plus profonde et accentuée par les mouvements en appui. Les douleurs articulaires peuvent apparaitre en cas d’arthrose (usure du cartilage) due à l’instabilité articulaire causée par la déformation.
Les 2 douleurs peuvent coexister.

Faut-il opérer ?

Il n’y a pas d’obligation à réaliser une intervention chirurgicale de correction de l’hallux valgus sauf si celui-ci a perdu sa force d’appui et commence à être associé à une pathologie des autres orteils et une métatarsalgie (douleurs et ou brulures sous l’avant pied).

Certains hallux valgus sont très déformés mais parfaitement indolores.

En général il est déconseillé d’opérer un pied qui ne fait pas mal.

D’autres hallux valgus peuvent être peu déformés mais très douloureux. Certaines déformations peuvent ne pas évoluer, et doivent être respectées si elles sont indolores.

Ce n’est pas la déformation qui compte mais les douleurs, et le handicap avec la baisse de la qualité de vie. La décision de l’intervention sera surtout le fait du patient. Nous ne réalisons pas d’intervention chirurgicale de correction à visée esthétique.

Enfin, il existe toujours une solution chirurgicale aux différents stades de la déformation, il n’y a donc pas lieu de réaliser de correction préventive.

A quel moment se faire opérer ?

L’intervention sera proposée en cas de déformations associées à des douleurs invalidantes au quotidien et/ou à la pratique sportive, en cas de déstructuration évolutive de l’avant pied (chevauchements d’orteils, luxations d’orteils, conflits entre les orteils), et de métatarsalgies (douleurs dans les « coussinets »).

Lors de votre première consultation avec un chirurgien, en fonction de l’ensemble des éléments de la consultation, celui-ci pourra vous guider dans le choix du traitement et son moment le plus approprié.

Y a-t-il des moyens de soulager la douleur ?

Oui, des moyens simples peuvent aider à soulager la douleur, mais ne peuvent corriger la déformation.

Le port de chaussure larges permet d’éviter la compression de l’avant pied. Certaines marques de chaussures françaises, allemandes ou espagnoles notamment, proposent différentes largeurs de chaussure à l’avant pied pour une même pointure.

Le port d’attelle, nocturne ou diurne avec les nouvelles attelles articulées, permet de corriger la position du gros orteil, de détendre les tissus, et d’obtenir un effet antalgique. Ce moyen est efficace chez les patients avec une petite déformation ne souhaitant pas se faire opérer.

Enfin, les antalgiques classiques, les anti inflammatoires (pommades), et le glaçage en protégeant la peau par un linge pour éviter les brulures par le froid, peuvent être utilisés.

L’intervention

L’intervention se pratique en général en ambulatoire, c’est-à-dire avec sortie de la clinique le jour même. L’anesthésie est le plus souvent loco régionale, concernant la cheville et le pied, avec adjonction d’une sédation si besoin, qui vous permettra de dormir pendant la durée de l’intervention. Vous pouvez refuser la sédation mais vous ne pourrez pas voir votre intervention pour des raisons d’asepsie avec les champs opératoires. La durée opératoire dépendra des gestes chirurgicaux éventuellement associés à la correction de l’hallux valgus.

En fin d’intervention, après avoir suturé la plaie opératoire et fait le pansement, vous aurez une semelle plâtrée moulée sur mesure à votre pied pour le protéger. Vous pourrez ensuite commencer à vous déplacer avec la semelle plâtrée dans la chaussure post opératoire qui vous aura été prescrite par votre chirurgien.

1 semaine environ après votre intervention, vous reverrez votre chirurgien qui refera votre pansement et vous enlèvera la semelle plâtrée. Vous garderez ensuite la chaussure post opératoire pendant encore 1 mois.

1 mois ½ après l’intervention vous pourrez vous chausser avec des chaussures confortables, 3 mois après vous pourrez vous chausser comme vous le souhaitez, ou comme vous le pourrez si le pied est encore un peu gonflé.

4 mois après l’intervention, vous pourrez reprendre l’ensemble de vos activités sportives (jogging par exemple).

La conduite automobile sera reprise à la 5ème semaine ou immédiatement avec une voiture automatique s’il s’agit du pied gauche

Dans 80% des cas il n’y a aucune douleur post opératoire, et ceci grâce aux techniques modernes d’anesthésie, à une technique chirurgicale mini invasive, à l’utilisation des facteurs de croissance et cicatrisation autologues (PRF), et à la semelle plâtrée.

Dans 20% des cas la sensation douloureuse est très bien maitrisée par les antalgiques classiques qui vous seront prescris.

Quelle technique chirurgicale sera employée ?

Il existe une multitude de techniques chirurgicales pour la correction d’un hallux valgus.

Nous n’utilisons pas la technique percutanée pour la correction de l’hallux valgus en raison du risque de raideur à ce niveau, mais par contre elle pourra être avantageusement employée sur les rayons latéraux et les orteils en cas de corrections associées.

Nous utilisons une technique mini invasive comprenant une ostéotomie du premier métatarsien de type Scarf pour sa puissance d’action corrective associée à une ostéotomie en chevron de la première phalange et la reconstruction des parties molles.

L’ostéotomie du premier métatarsien est fixée par une ostéo suture le plus souvent ce qui évite l’ostéosynthèse métallique qui peut poser problèmes. Cependant, il peut exister une ostéopénie (manque d’os) de la tête métatarsienne visible sur les clichés pré opératoires, qui peut nécessiter dans ce cas une fixation per opératoire plus solide avec une mini plaque vissée pour éviter les déplacements secondaires pouvant compromettre le résultat.

L’ostéotomie de la phalange n’est en général pas fixée, le pansement maintiendra la correction phalangienne qui pourra être ajustée si besoin par mini strapping .
Ces techniques permettent une bonne reconstruction osseuse et donnent entre 95% et 98% de bons et excellents résultats sans compromettre une chirurgie de révision dans le futur si cela était nécessaire.

Survoler l’image de gauche à droite pour voir la différence entre le pré et le post opératoire

Avanthallux-valgus-apres-2
Exemple d’une correction bilatéral d’hallux valgus avec ostéotomies de scarf fixées par ostéo sutures.
hallux-valgus-avantAprès
Exemple de correction chirurgicale d’un hallux valgus bilatéral à 2 mois post opératoire. La correction du 2ème pied se fait en général 8 jours après le 1er pied.
Avanthallux-valgus-apres-3
Exemple de correction bilatérale d’hallux valgus avec ostéotomies de scarf fixées par mini plaques vissées (grand déplacement nécessaire, ostéoporose, et diaphyse étroite). Notez un geste de correction également sur le 2ème métatarsien gauche.
Fiche infos

Dr Martin SCHRAMM

Chirurgien orthopédiste
Fiche infos
Fiche infos

Dr Michel MAESTRO

Chirurgien orthopédiste
Fiche infos
2018-12-05T10:15:41+00:005 décembre 2018|