Chirurgiens

ou “l’art de remettre les enfants droits”

L’orthopédie pédiatrique prend en charge les enfants depuis la période néo-natale (diagnostic anténatal) jusqu’à l’adolescence (fermeture des zones de croissance). Elle concerne les maladies de l’appareil locomoteur : muscles, os, vaisseaux et nerfs des membres et de la colonne vertébrale.

orthopedie-pediatriqueLes facettes de cette spécialité sont multiples :

  • la traumatologie avec les fractures, les plaies, les entorses, les luxations…,
  • les malformations et malpositions congénitales : pied bot varus équin, luxation congénitale de hanche, torticolis congénital…,
  • les troubles et maladies de croissance : démarche en rotation interne, sur la pointe des pieds, déséquilibres du bassin, déformations de la colonne vertébrale : scolioses ou cyphoses et les douleurs en cours de croissance,
  • les infections osseuses et articulaires, les maladies neuro-musculaires et les handicaps moteurs,
  • les séquelles de maladies infectieuses (poliomyélite) ou inflammatoires (arthrite rhumatoïde ou chronique juvénile),
  • et enfin les pathologies liées à la pratique du sport et les tumeurs osseuses ou des parties molles (bénignes ou malignes).
A la fois pédiatre, chirurgien, orthopédiste, appareilleur,… le chirurgien orthopédiste pédiatrique se passionne pour l’enfant dans un seul but : l’aider à grandir harmonieusement.

Parmi les qualités requises pour exercer l’orthopédie pédiatrique, il faut placer en premier la disponibilité, un grand sens des relations humaines, le goût du changement et de la variété. Ces qualités sont indispensables pour établir de bons contacts durables avec les enfants et leurs familles. La variété de notre exercice est due, en premier lieu, à l’âge de nos patients, qui peut aller de la période néo-natale jusqu’à l’adolescence (à partir de l’âge de 5 ans à l’IM2S), imposant de longs traitements et des surveillances répétées pendant des années.

Mais cette variété est aussi liée au nombre de pathologies.

Certes la traumatologie de l’enfant, dont les pièges sont bien connus, mérite un apprentissage particulier mais aussi les malformations et les malpositions néonatales dont la connaissance permet au chirurgien pédiatre orthopédiste de participer efficacement au dépistage anténatal.

La correction des troubles de croissance, des défauts d’axe, des différences de longueur, des anomalies de torsion, obéissent à des principes thérapeutiques différents de ceux de l’adulte.

L’orthopédie pédiatrique est un métier passionnant, à l’avenir prometteur. Les chirurgiens qui la pratiquent, ont tout de suite compris qu’il ne fallait pas enfermer la spécialité et le savoir-faire dans un monde clos et restent en contact permanent avec la Société Française de Chirurgie Pédiatrique et la Société Française d’Orthopédie et Traumatologie grâce à la création de la Société Française d’Orthopédie Pédiatrique, qui offre à tous les intéressés, depuis le troisième cycle des études médicales jusqu’à l’enseignement postuniversitaire, plusieurs réunions annuelles d’enseignement et de recherche.

Articles sur l’orthopédie pédiatrique