Profitons de l’actualité sportive du Superbowl pour explorer 2 sujets qui nous tiennent à cœur, la chirurgie du genou et le foot US, à partir de 3 articles scientifiques.

1 – Récidive des ruptures du ligament croisé antérieur dans la NFL : une étude cas-témoins.

football-622873_640Les blessures du ligament croisé antérieur (LCA) sont courantes chez les joueurs de football américain. Le risque de nouvelle lésion du LCA au genou homolatéral ou controlatéral dans les recrues de la Ligue nationale de football (NFL) avec des antécédents de reconstruction réussie du LCA avant d’entrer dans la NFL reste inconnu.

L’auteur pose comme hypothèse que les athlètes de la NFL ayant des antécédents de reconstruction réussie du LCA avant d’être recrutés démontreront probablement un risque accru de blessure du LCA par rapport à un groupe contrôle composé de joueurs de positions similaires.

Parmi les joueurs de 2016 invités au NFL Combine pendant la période d’étude, 100 répondaient aux critères d’inclusion. Un total de 26 blessures du LCA (12 homolatérales, 14 controlatérales) sont survenues chez 25 joueurs (25%) alors qu’ils jouaient dans la NFL, avec des blessures survenant en moyenne 22,1 mois après le recrutement de la NFL.

En comparaison, 18 des 200 (9%) joueurs contrôle soigneusement appariés sans antécédent de blessure au LCA ont subi une blessure au LCA au cours de cette période.

Conclusion

Les athlètes de la NFL ayant des antécédents de reconstruction réussie du LCA avant d’être recrutés dans la NFL ont un taux significativement plus élevé de blessures consécutives au LCA lorsqu’ils jouent dans la NFL par rapport aux joueurs sans antécédents de blessure antérieure au LCA.

2 – Risque de lésion du ligament croisé antérieur chez les athlètes sur des surfaces de jeu synthétiques: une revue systématique.

football-1583642_640L’effet des surfaces de jeu synthétiques sur le risque de blessure chez les athlètes est fréquemment débattu dans la littérature orthopédique. Des études biomécaniques ont identifié une force de friction accrue à l’interface chaussure-surface, augmentant théoriquement le risque de blessure par rapport à l’herbe naturelle. Cette augmentation de la force de friction est potentiellement pertinente pour le risque de rupture du ligament croisé antérieur (LCA), où les mécanismes sans contact sont fréquents.

L’auteur a émis l’hypothèse que le risque de rupture du LCA sur des surfaces de jeu synthétiques ne serait pas plus élevé que celui des surfaces de jeu en gazon naturel.

Au total, 10 études portant sur 963 lésions du LCA portant sur le football américain et le soccer ont été analysées. Parmi celles-ci, 4 (753 blessures au LCA) ont retrouvé un risque accru de blessure du LCA sur les surfaces de jeu artificielles. Ces 4 articles ont été menés sur des cohortes de football US. Une seule étude sur des joueurs de football US a trouvé un risque réduit de blessure au LCA sur les surfaces de jeu synthétiques. Aucune cohorte de soccer n’a trouvé de risque accru de blessure au LCA sur les surfaces synthétiques.

Conclusion

Des études de haute qualité retrouvent un taux accru de blessures du LCA sur les surfaces de jeu synthétiques dans le football américain, mais il n’y a aucun risque accru apparent dans le soccer.

3 – Retour au jeu et diminution des performances après la reconstruction du ligament croisé antérieur chez les joueurs défensifs de la NFL.

foot-us-bkgL’impact de la reconstruction du LCA (ACLR) sur les performances des joueurs défensifs après chirurgie n’a pas été quantifié.

Trente-huit joueurs défensifs de la NFL avec une histoire d’ACLR de 2006 à 2012 ont été identifiés. Pour chaque joueur blessé, un joueur contrôle correspondant a été identifié.

Les joueurs qui sont revenus après ACLR (n = 23) ont été comparés avec les joueurs qui ne sont pas revenus (n = 15).

De même, les joueurs qui sont revenus après ACLR (n = 23) ont été comparés à leurs témoins appariés.

Environ 74% (28/38) des athlètes qui ont subi une ACLR sont retournés jouer au moins 1 match dans la NFL, et 61% (23/38) ont réussi à jouer au moins une demi-saison (soit 8 matchs). Les athlètes du groupe ACLR qui sont revenus se sont retirés de la NFL beaucoup plus tôt et plus souvent après la chirurgie que leurs témoins appariés.                                                                                Au cours des saisons précédant leur blessure, les athlètes qui ont réussi à reprendre le jeu ont commencé un plus grand pourcentage de leurs matchs (81%) et ont effectué plus de plaquages en solo par match (3,44) par rapport aux athlètes du groupe ACLR qui ne sont pas revenus jouer (54% et 1,82 respectivement) et par rapport aux joueurs de contrôle en bonne santé (52% et 1,77 respectivement).

Après la saison de chirurgie, les athlètes du groupe ACLR qui sont retournés jouer ont diminué à 57% de matchs commencés et 2,38 plaquages solo par match, tandis que leurs contrôles appariés n’ont subi aucune diminution significative.

Conclusion

Les joueurs qui sont revenus avec succès sur le terrain étaient des joueurs de la NFL supérieurs à la moyenne avant leur blessure, mais ils réalisaient des performances moyenne après leur retour.

News

Le risque de re-rupture du LCA est de 12% pour les joueurs de football américain de haut niveau.

Les terrains synthétiques sont un facteur de risque de rupture du LCA lors de la pratique du foot US.

Les « bons » joueurs opérés d’une rupture du LCA retournent sur le terrain avec des performances identiques aux joueurs en bonne santé.

Fiche infos

Dr Thomas d'OLLONNE

Chirurgien orthopédiste
Fiche infos